Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2796 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Francois

Nos membres ont posté un total de 62022 messages dans 3436 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 583 le Sam 25 Juil 2015 - 13:54

Comprimés enrobés

Aller en bas

Comprimés enrobés Empty Comprimés enrobés

Message par mounaliza le Sam 27 Déc 2008 - 8:34

LES COMPRIMES ENROBES




Intérêt de l’enrobage :

  • Masquer une saveur ou une odeur désagréable.
  • Protéger les principes actifs des agents extérieurs (humidité, oxygène, lumière)
  • Eviter la destruction du principe actif par les sucs gastriques.
  • Obtenir un effet retard.
  • Faciliter la prise du médicament.


Procédés d’enrobage :

Dans un comprimé enrobé, il y a deux parties :


  • Le comprimé nu ou noyau.
  • L’enrobage appelé d’une façon générale la couverture.

    On distingue :
  • L’enrobage par sucre ou dragéification.
  • L’enrobage par film (pelliculé)

    Dragéification :

    Le noyau ne doit pas présenter des angles trop aigus et doit être suffisamment bombé pour subir les enrobages classiques.

    La dragéification est réalisée dans des turbines : ce sont des récipients plus ou moins sphériques tournant autour de leur axe qui est incliné à 45° environ. Ces turbines sont en cuivre ou en acier inoxydable et sont équipées d’un dispositif permettant d’insuffler par leur ouverture soit de l’air chaud, soit de l’air froid selon les phases de l’opération.

    La dragéification est une opération complexe qui comporte plusieurs étapes :

    1- Isolement du noyau : vernissage : le but est de protéger le noyau contre l’humidité des liquides de montage. Ceci consiste à appliquer sur les noyaux une pellicule de résine ou polymère organique en solution dans un solvant non aqueux volatil.
  • Solvant : alcool à 96), alcool méthylique, acétone…
  • Résines : gomme laque, acétate de polyvinyle…

    2- Montage et coloration : gommage : le but est de bien faire adhérer les couches

    ultérieures du montage. Ceci consiste à fixer sur les noyaux une solution adhésive

    (sirop de sucre officinal ou solution de gélatine ou de gomme arabique) et une poudre

    de composition spéciale : « poudre à gommage » qui est à base de talc et de gomme

    arabique additionnés de produits divers.

    Le montage ou « grossissage » est réalisé en turbine par additions successives de sirop de sucre plus ou moins cuit : concentré et très chaud au départ plus dilué à la fin. Le séchage de chaque couche est assuré par un courant d’air chaud. Les derniers stades de montage constituent le « lissage » pour le quel on se sert de sirop plus étendu, le séchage se fait sans air chaud. Le montage terminé, les dragées sont sorties de la turbine et mises à sécher à l’étuve pendant plusieurs heures pour parfaire le séchage.

    Remarque : La coloration des dragées est réalisée à la fin du montage avec du sirop additionné de colorant.

    3- Lustrage ou polissage : le but est de donner un beau brillant à la dragée. On utilise pour cela des cires : cire d’abeille, cire de carnauba et aussi des cires synthétiques.

    Elles sont introduites dans la turbine soit en solutions diluées dans un solvant volatil, soit simplement en copeaux qu’on laisse tourner un certain temps avec les dragées.


    Enrobage par film :

    Principaux produits filmogènes : les dérivés de le cellulose, P.E.G haut poids moléculaire, dérivés acryliques…

    Pour avoir un film suffisamment fin mais solide et épousant les angles du comprimé sans se rompre, il est souvent nécessaire d’ajouter au polymère un plastifiant tels que la glycérine, les P.E.G à bas poids moléculaire…

    On peut utiliser également : des mouillants, des opacifiants, des colorants, des aromatisants. Comme solvants : éthanol, chloroforme, acétone…

    Matériels : l’enrobage par film peut etre réalisé en turbine ou en suspension dans l’air.

    - En turbine : la présence de défecteurs favorise l’uniformité de la répartition.

    - Par pulvérisation sur comprimés en suspension dans l’air :

    Les comprimés à enrober sont placés dans une enceinte sphérique ou cylindrique.

    A la partie inférieure un fort courant d’air chaud soulève les comprimés pendant toute l’opération en meme temps qu’est pulvérisés dans l’enceinte la solution d’enrobage. Le solvant s’évaporant instantanément, il reste sur les comprimés une pellicule du produit filmogène.



    Essais des comprimés enrobés :
  • Uniformité de poids non exigée.
  • Essai de désagrégation : mêmes conditions que pour les comprimés nus mais la limite est de 60 mn.
  • Contrôle de l’enrobage : mesure de sa dureté, sa résistance, sa solubilité, régularité de sa répartition et homogénéité de sa couleur.

_________________
la mort d'une bonne action c'est d'en parler
mounaliza
mounaliza
Tonique

Féminin Nombre de messages : 359
Age : 33
Localisation : saturne
Date d'inscription : 25/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum