Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2796 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Francois

Nos membres ont posté un total de 62022 messages dans 3436 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 583 le Sam 25 Juil 2015 - 13:54

cours du génome Bactérien

 :: campus :: cours :: 3eme année :: microbiologie

Aller en bas

cours du génome Bactérien Empty cours du génome Bactérien

Message par Hayet le Jeu 30 Avr 2009 - 9:07

I)
LE GENOME BACTERIEN


A/
Rappel :



Ø Structure des acides nucléiques :


DNA= acide désoxyribonucléique: est le
matériel génétiques de toutes les cellules vivantes (sauf certains virus, ont
comme matériel génétiques l’ARN).


-Nucléotide = phosphate + sucre + base
azotée


SUCRE : ribose, -2.Désoxy ribose


BASE : Adénine, guanine, cytosine, thymine
ou uracile


Ø Synthèse
du DNA

=réplication : 5’---3’ (DNA polymérase),
réplication semi- conservative


Ø Synthèse
du RNAm
: transcription,
3’--- 5’ (RNA polymérase)


Ø Synthèse
des protéines
:
est le processus par lequel l’information génétique s’exprime.


Ø Variations
génétiques
: - Modifications (Mutations, remaniements
intra-génomiques)



-Acquisition d’ADN exogène.





B/ Éléments constitutifs du génome :


Le génome
bactérien: un modèle d’étude de la génétique du vivant.


  • Structure simple et parfaitement
    connue
  • Temps de génération des bactéries
    court
  • Génétique bactérienne à
    l’origine de:




Les grandes découvertes de génétique



La génétique moléculaire



Les manipulations génétiques


C/ Eléments génétiques mobiles : Cassettes, Intégrons, Transposons, Plasmides


ü CASSETTES :


v Eléments génétiques
mobiles


o
Intégration et excision médiés par une intégrase
externe


v Constitution:


o
Ensemble de gènes co-transcris (souvent résistance à
un AB)


o
Site de reconnaissance d’une intégrase


o
Non auto réplicatifs, non autotransférable,


o
sans promoteur (donc non transcrits isolément)


ü INTGRONS :


Structure:


o
Région 5’


·
Gène d’Integrase (intI)


·
Site d’attachement (att)


·
Promoteurs (P1 P2…) pour toutes les cassettes (les
plus proches sont les mieux transcrites).


o
Région 3’


·
Cassettes de résistance


ü Mobiles (cibles
d’intégrations multiples)


ü Non auto
réplicatif, non autotransférable





TRANSPOSONS :


Ø 500 à 10000 PB


Ø mobiles (transposition)


Ø insertion sans homologie


PLASMIDES :


  • Eléments facultatifs
  • ADN bicaténaire circulaire
  • 1% de la taille du chromosome
  • Autoréplicatifs (réplicons)




Plusieurs plasmides identiques ou différents par
cellule



Transmis à la descendance



Stables si avantage sélectif


  • Autotransférables d’une cellule
    à l’autre (gènes de transfert) même interspécifique


















Variations génomiques chez les bactéries :


A/
Définition :



  • Variations phénotypiques
    (Modification de l’expression du génome)




Adaptation



Réversible si l’environnement change



Non transmissible



Exemple: expression d’une b-galactosidase


  • Variations génotypiques
    (Modification de la structure du génome)




Non réversible



Transmissible



Exemple: mutations, remaniements, acquisition d’ADN exogène


1/ Mutations: nature et définitions :



Modifications accidentelles de la séquence de l’ADN



Survenant lors de la réplication



Exemples:


§ Délétion ou
insertion è décalage du cadre de lecture


§ Substitution
d’un nucléotide è modification du message



Mutation silencieuse (acide aminé identique ou
équivalent)



Mutation létale (produit du gène essentiel)



Mutation non sens (codon stop)



Mutation faux sens (substitution d’un AA)





§ proteines
plus ou moins fonctionnelle.


Mutations :
Caractères
:



·
rares : taux de mutation= 10-5 à 10-9, augmenté par les agents
mutagènes.


·
Spontanée : les antibiotiques n’induisent pas de
mutations


·
Stable : mutation réverse, mutation
compensatoire.


·
Transmise à la descendance


·
Indépendantes et spécifiques :


-
Autres caractères intacts


-
Taux de mutations pour 2caractères= produit des taux
de mutation


B/ L’acquisition
d’ADN exogène :



1. Transformation :


Définition :


-Phénomène fréquent chez certaines espèces


-Transferts
interspécifiques possibles


-Caractères de résistance, de virulence ou métaboliques


Pneumocoques résistants aux b-lactamines


-Technique de base en biologie moléculaire


Electroparation


Caractéristiques
de la transformation :



q Le DNA doit être
libéré d’une bactérie (exogènote )


q Le DNA nu doit
se fixer sur une bactérie réceptrice en
phase de compétence


q L’absorption
d’ADN polymérisé est suivie d’une recombinaison légitime avec acquisition de
nouveaux caractères génétiques stables, transmissibles à la descendance (
recombinants ou transformants )


q Le transfert est
partiel :une partie de l’exogènote ( 1-2% du génome) pénètre et se recombine (
si homologie suffisante)


q Ce transfert
naturel d’ ADN bactérien est limite à quelques espèces telles streptococcus
dont S.pneumoniae, Neisseria ,Haemophilus ……..


LES
PRINCIPALES ETAPES DE LA TRANSFORMATION NATURELLE :



  • L’ADN/: bicaténaire, d’origine
    variable
  • 1ère étape: fixation covalente à un complexe
    protéique membranaire
  • 2ème étape: fragmentation de l’ ADN (
    nucléase)
  • 3ème étape : entrée de l’ ADN simple brin
    dans la bactérie
  • 4ème étape : devenir de l’ ADN simple brin
    transformant dans la bactérie



ü recombinaison
homologue nécéssitant de larges homologies entre l’ADN exogène et endogène,
avec remplacement allélique.


ü l’ADN provient
de la même espèce bactérienne ou d’une espèce proche









Conjugaison
ou sexualité des bactéries :



1-
Définition


  • Processus sexuel nécessitant un
    appariement entre bactéries de sexes différents et formation d’un pont
    cytoplasmique permettant les échanges génétiques:un transfert
    unidirectionnel d’ADN d’une cellule donatrice (f+) à une cellule
    réceptrice (f-), par un mécanisme requérant un contact spécifique.



Caractéristiques
de la conjugaison :



  • Le facteur de sexualité ou de
    fertilité (F) permet la synthèse de pili sexuels chez la bactérie
    donatrice ou mâle et donne la polarité au chromosome.
  • Le transfert d’ADN chromosomique
    est à sens unique, orienté, progressif et parfois total (2h).
  • Le transfert d’ADN chromosomique
    est spécifique (intra-espèces) et limité à certaines espèces à Gram
    négatif telles E.coli, Salmonella, Pseudomonas aeruginosa
    et Streptococcus.
  • Le transfert d’ADN plasmidique
    et de transposons est très fréquent et peu spécifique (intra-espèces)
  • Deux classes de vehicules :
    - plasmides, -Transposons



Ø On observe
souvent une synergie entre les véhicules. En particulier des transposons portés
par des plasmides.


Limites :



§ Pour les
plamides. Réplication et expression des fonctions de transfert


§ Pour les
transposons. Expression des fonctions de transfert


§ De façon
générale. Le transfert et l’expression des fonctions de transfert sont très
finement régulés. Vraisemblablement pour limiter la charge biosynthétique liée
à ce processus.


Le
facteur de fertilité: le plasmide F+, premier plasmide connu :



  • Le plasmide F+: DNA circulation
    double brin,~ 2% du chromosome bactérien.
  • Le plasmide F+ se réplique chez E.coli
    et Salmonella typhimurium.
  • Le plasmide F+ code pour des
    fonctions de transfert (région tra de 30 kb de ~ 30
    gènes), incluant la biosyntheses de pili sexuels.
  • Le plasmide
    F+ peut s’insérer dans le chromosome (bactéries HFr High Frequency
    recombination) et mobiliser le transfert partiel des gènes chromosomiques
    du donneur dans la bactérie réceptrice (F-).















Conséquences
de la conjugaison :



  • Le mode de transfert d’ADN
    bactérien par conjugaison d’une cellule à l’autre a permis:



Ø La
caractérisation des propriétés remarquables du facteur F:


- Plasmide =
réplicon


- insertion
au chromosome en des sites limités ou
autonome).


- le passage
de l’état intégré à l’autre par excision
peut entrainer la formation d’un plasmide F’ (unité autonome de réplication et
porteuse de gènes bactériens).


Ø L’établissement
de cartes génétiques du chromosome bactérien (E.coli).


Ø La circularité
du chromosome bactérien.


Ø Principal
facteur d’évolution des bactéries: acquisition de plasmides de résistance aux
antibiotiques, et porteurs de gènes de virulence et métaboliques.





2- La
transduction :



  • Définition:



Transfert d’ADN bactérien d’une
bactérie à une autre par
l’intermédiaire d’un bactériophage.


Ce transfert partiel de gènes bactériens
peut s’accompagner d’une recombinaison légitime :


v Transduction généralisée: le phage emporte n’importe quel gène de la bactérie
donatrice.



v Transduction abortive: pas d’intégration.


v Transduction spécialisée: le DNA phagique s’intègre toujours au même endroit.


§ Caractéristiques
de la transduction :



Bactériophages: vecteurs de transduction.


Particules transductrices: les phages virulentes contenant de
l’ADN bactérien encapsidé.


Processus essentiellement intra-spécifique.


Deux types de transduction : généralisée, spécialisée.


L’existence de
nombreuses souches lysogènes fait qu’il s’agit d’un phénomène général chez les espèces Gram positif (Staphylocoques, Bacillus)
et Gram négatif (Entérobactéries, Pseudomonas).


La transduction a un potentiel limité aux espèces très
proches. Mais c’est un processus extrêmement efficace.








§ Efficacité
du phénomène :



- Protection du DNA dans les particules virales.


- Système de délivrance très performant


- Abondance des phages
en milieu aquatique 103 et 108 phages/ ml.


( 108
phages/ ml ≈ 1/3 population bactérienne sujette à une attaque virale/ 24 h)


§ Transduction
par des bactériophages :



Virus des bactéries


Infectionè


o
Phage virulent è cycle lytique


o
Phage tempéré è Intégration au chromosome (prophage
inductible, bactérie lysogène)





§ Conséquences
de la transduction :



Mode de transfert ayant un intérêt historique (phage lambda d’E. coli).


Transfert en ADN bactérien ou plasmidique limité (taille du phage) (<
50 kb).


La lysogénie : Exemples :


*Toxine du bacille
diohtérique et phage B


*Toxine érythrogène par le
streptocoque A


* Certaines cytotoxiques
(vérotoxines) chez E.coli ECEP



* Certaines facteurs antigéniques de
salmonella (conversion lysogénique)


*Certains « ilots de pathogénicité » des
bactéries sont en fait hébergés par des prophages intégrés dans les chromosomes
bactériens.






C/ Régulation des variations génétiques :


§ Systèmes de
réparation des mutations :



- Systèmes de réparation des
mésappariements



- Systèmes SOS. Rec



- Les souches hypermutatrices àévolution rapide


§ Systèmes de
restriction / méthylation :


-
Restriction des recombinaisons par les endonucléases
de restriction


-
Protection de l’ADN par les enzymes de méthylation


àRecombinaisons seulement entre
bactéries taxonomiquement proches


CONCLUSION :


§ Génome des bactéries très plastique


§ Variations/ Sélections = source de diversité +++ à
adaptation. Evolution


§ Une semaine de bactérie = 10 000 ans humains

Hayet
Analeptique

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 31
Localisation : ORAN
Date d'inscription : 03/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: campus :: cours :: 3eme année :: microbiologie

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum