Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Août 2014
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2753 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est old young miss

Nos membres ont posté un total de 61974 messages dans 3400 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 240 le Ven 18 Fév 2011 - 20:51

Antihistaminiques H1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Antihistaminiques H1

Message par malik le Dim 14 Fév 2010 - 13:22

Les inhibiteurs des récepteurs de l'histamine sont généralement appelés
antihistaminiques et classés en 2 groupes, H1 et H2.

Les antihistaminiques H1 sont utilisés depuis plus de cinquante ans dans le
traitement de diverses manifestations d'origine allergique.

Effets



Les antihistaminiques H1, en se
fixant sur les récepteurs H1, inhibent d'une manière
compétitive les effets H1 de l'histamine et plus
particulièrement l'effet vasodilatateur et l'augmentation de la perméabilité
capillaire à l'origine des réactions œdémateuses. Ils ne s'opposent pas aux
réactions antigène/anticorps, ni à la libération d'histamine. Par ailleurs,
outre leur effet antihistaminique, beaucoup de produits ont un ou plusieurs
effets pharmacologiques parallèles, par exemple atropinique ou adrénolytique,
également à prendre en compte.

Utilisation thérapeutique



Les antihistaminiques H1 sont
utilisés pour le traitement symptomatique de diverses manifestations
allergiques cutanées (urticaire) ou muqueuses (rhinite, rhume des foins,
conjonctivite). Ils ne sont pas efficaces dans l'asthme. Insuffisants à eux
seuls pour traiter un choc anaphylactique ou un œdème du larynx, ils pourraient
les prévenir.

Il est habituel de classer les antihistaminiques H1 soit en fonction de leur ancienneté et de leur effet sur la
vigilance : les anciens, sédatifs, et les nouveaux, non sédatifs, soit en
fonction de l'existence ou non d'un effet parallèle atropinique ou non. Cette
distinction est souvent à nuancer car un produit considéré comme non sédatif ou
non atropinique peut, dans certaines circonstances ou chez certaines personnes,
entraîner des manifestations correspondant à ces effets .

Antihistaminiques H1 sédatifs



Les anciens antihistaminiques H1
commercialisés, la prométhazine, l'alimémazine, la dexchlorphéniramine, la
bromphéniramine, la buclizine, la carbinoxamine et la doxylamine, sont sédatifs
et provoquent une somnolence qui peut être gênante.





Prométhazine
PHÉNERGAN* Cp, Sirop, Inj, Crème
Alimémazine
THÉRALÈNE* Cp, Sirop, Sol buv, Inj
Dexchlorphéniramine
POLARAMINE* Cp, Sirop, Inj
POLARAMINE REPETABS, Cp
Bromphéniramine
DIMÉGAN* Gél, Sirop
Carbinoxamine
ALLERGÉFON* Cp




Tous les antihistaminiques anciens cités dans le tableau
précédent ont une activité adrénolytique a
qui diminue l'effet vasoconstricteur de l'adrénaline et de la noradrénaline et
un effet atropinique, appelé aussi anticholinergique ou cholinolytique ou
antimuscarinique. Certains antagonistes H1, tels que la prométhazine, ont de
plus un effet anesthésique local.

La prométhazine et l'alimémazine sont, outre leur indication comme
antiallergiques, utilisées dans le traitement des insomnies occasionnelles ou
transitoires et l'alimémazine a, de plus, l'indication traitement symptomatique
de la toux.

Les antihistaminiques H1 ayant en
outre une activité atropinique comme la diphenhydramine et le dimenhydrinate,
sont utilisés dans le traitement préventif et curatif du mal des transports,
mais la scopolamine qui n'est pas antihistaminique semble plus efficace qu'eux
en traitement préventif.

Dimenhydrinate
DRAMAMINE* Cp
MERCALM* Cp
NAUSICALM* Gélules, Sirop
Diphenhydramine
NAUTAMINE* Cp

La méclizine ou méclozine est un antihistaminique ancien sédatif avec effet
atropinique utilisé dans la prévention du mal des transports et dans le
traitement de la crise de vertiges.

Méclizine ou méclozine
AGYRAX* Cp

L'oxatomide, antihistaminique H1 sédatif mais sans effet atropinique, est en
outre inhibiteur de la dégranulation des mastocytes par effet anticalcique. Il
est utilisé dans le traitement de l'urticaire chronique, des dermatites
atopiques et des dermographismes. Il peut donner en cas de surdosage, surtout
chez l'enfant, des dyskinésies rappelant celles des neuroleptiques.

Oxatomide
TINSET* C p, Sol buv

La doxylamine a été pendant longtemps commercialisée comme antihistaminique
sédatif sous le nom de Méréprine mais cette spécialité n'est plus disponible en
France. La doxylamine est actuellement commercialisée en France sous le nom de
Donormyl* comme hypnotique, en vente libre en pharmacie.

La doxépine, Quitaxon*, médicament antidépresseur, est un puissant
antihistaminique H1, ce qui explique au moins partiellement son effet sédatif.

Antihistaminiques H1 non sédatifs



Les deux premiers antihistaminiques sans effet sédatif à
être commercialisés ont été la terfénadine et l'astémizole. Ils ont par la
suite été retirés du commerce parce qu'ils étaient, dans certaines conditions,
à l'origine de troubles de la conduction cardiaque, allongement de l'espace QT
pouvant conduire à des torsades de pointe. Cet effet indésirable était lié à
leur effet sur les canaux potassiques notamment, conduisant à un ralentissement
de la vitesse de repolarisation.

Les antihistaminique H1, cétirizine, lévocétirizine,
loratadine, desloratadine et féxofénadine n'ont pas d 'effet sédatif du
fait de leur faible pénétration dans le cerveau, ne sont pas atropiniques et
n'ont pas en principe d'effet sur la repolarisation cardiaque.

La cétirizine, dérivé carboxylé de l'hydroxyzine qui est
utilisé comme sédatif et anxiolytique (Atarax*), outre son effet
antihistaminique H1, inhibe la libération de diverses cytokines et de
leucotriènes. La cétirizine est un racémique et la lévocétirizine, un isomère
(énantiopur) de ce racémique.

La loratadine agit en grande partie par l'intermédiaire
d'un de ses métabolites, la décarboéthoxyloratadine ou desloratadine, également
commercialisée. En cas de surdosage, la loratadine peut donner une sédation et
des effets atropiniques.

La féxofénadine, métabolite actif de
la terfénadine, n'a pas les inconvénients cardiaques de cette dernière.


Cétirizine

VIRLIX* Cp
ZYRTEC* Cp, Gouttes

Lévocétirizine
XYZALL * Cp

Loratadine

CLARITYNE* Cp, Sirop (enfant)

Desloratadine

AERIUS * Cp
Féxofénadine
TELFAST* Cp

La mizolastine et l'ébastine n'entraînent pas, à
posologie habituelle, d'allongement de l'espace QT; cependant en cas de
surdosage un tel effet est possible. La prise concomitante de médicaments
pouvant ralentir leur catabolisme est à éviter, notamment macrolides et
antifongiques imidazolés.

L'ébastine est transformée dans l'organisme en un métabolite actif, la
carébastine.

Mizolastine
MIZOLLEN* Cp

Ebastine

KESTIN* Cp
KESTINLYO*

La méquitazine possède, parallèlement à son activité
antihistaminique H1, un effet adrénolytique alpha et un effet atropinique
pouvant se traduire, par exemple, par une sécheresse de la bouche ou un trouble
de l'accommodation. Les propriétés pharmacologiques de la méquitazine ne
diffèrent de celles des antihistaminiques sédatifs qu'à la dose la plus faible
5 mg qui est peu sédative; à la dose de 10 mg elle est sédative.

Méquitazine
PRIMALAN* Cp

Les antihistaminiques H1 non sédatifs ont une demi-vie plasmatique longue et
une assez longue durée d'action pour que, en principe, une seule administration
quotidienne suffise.




Antihistaminiques H1 à usage local



Un certain nombre d'antihistaminiques H1 sont utilisés localement, en
collyres, solution nasale ou crèmes. Une partie du produit actif présent dans
un collyre ou une solution nasale peut être absorbée et passer dans la
circulation générale et être à l'origine d'effets indésirables généraux.


  • Collyres
    Les antihistaminiques H1 utilisés en collyre sont
    l'azélastine, la lévocabastine, l'émédastine et l'olapatadine ; cette
    dernière inhiberait aussi la libération de médiateurs de l'inflammation.
    Leur indication commune est les conjonctivites allergiques.


Azélastine
ALLERGODIL* Collyres

Lévocabastine

LEVOPHTA* Collyre

Emédastine

EMADINE* Collyre

Olapatadine

OPATANOL* Collyre



  • Solution nasale
    L'azélastine, précédemment citée, existe aussi en solution pour
    pulvérisation nasale, destinée au traitement des rhinites allergiques.


Azélastine
ALLERGODIL* Sol nasale



  • Préparations
    dermatologiques
    La prométhazine et la diphenhydramine existent en préparations pour
    application cutanée.


Prométhazine
Phénergan* crème

Diphenhydramine

Butix* Gel

Effets indésirables



Les premiers antihistaminiques H1 entraînent
habituellement une somnolence et leur prescription à des personnes devant avoir
une activité demandant une vigilance normale, comme la conduite d'un véhicule,
est contre-indiquée. Par leur effet adrénolytique
a,
surtout lorsqu'ils sont administrés par voie parentérale, ils
pourraient s'opposer à l'action vasoconstrictrice de l'adrénaline, administrée
par exemple en cas de choc anaphylactique.

Les nouveaux antihistaminiques H1
n'entraînent qu'exceptionnellement une somnolence. Cette possibilité, même
rare, doit cependant être prise en compte lors d'une première prescription. Il
n'est pas conseillé de prescrire un antihistaminique H1
sédatif chez l'enfant de moins de 1 an car, bien que ceci ne soit pas démontré,
il pourrait augmenter le risque de mort subite. A titre d'exemple, selon leur
RCP, le Phénergan* sirop peut être utilisé à partir de 1 an, le Zyrtec*
solution buvable et la
Clarityne* sirop, à partir de 2 ans.

Pour les effets indésirables de type atropinique, voir Atropine.

Les antihistaminiques H1 non
sedatifs, terfénadine et astémizole, pouvaient donner, surtout en cas de
surdosage, par inhibition des canaux potassiques, des anomalies de la conduction
cardiaque avec allongement de l'intervalle QT, voire même des torsades de
pointes. Ils ont été retirés du commerce.

Divers autres effets indésirables des antihistaminiques H1 ont été signalés, notamment des réactions allergiques.

Tous les antihistaminiques H1, y
compris ceux qui sont destinés au traitement du mal des transports, sont
déconseillés durant les trois premiers mois de la grossesse, plus pour des
raisons de principe que sur des constatations de malformations. La prométhazine
a été prescrite à de nombreuses femmes enceintes sans entraîner de
malformations.

malik
Tonique

Masculin Nombre de messages: 625
Localisation: QQE PART
Date d'inscription: 05/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Antihistaminiques H1

Message par spans_tweens le Ven 26 Mar 2010 - 9:28

je te félicite pour ce sujet , cette classification sédatif/non sédatif nous permet de mieux comprendre l'heure de prise ( soir ou matin) , psk il y a une autre classification basée sur leurs effets anticholinergiques ou non .

spans_tweens
Stimulant

Féminin Nombre de messages: 80
Localisation: Sétif
Date d'inscription: 23/03/2010

http://www.setif-pharmacie.org/index.php?option=com_frontpage&am

Revenir en haut Aller en bas

Re: Antihistaminiques H1

Message par malik le Sam 27 Mar 2010 - 17:34

tant mieux , parce que c la saison des allergies qui commence ...lol

malik
Tonique

Masculin Nombre de messages: 625
Localisation: QQE PART
Date d'inscription: 05/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum