Connexion

Récupérer mon mot de passe

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2798 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est TIMIMOUN22

Nos membres ont posté un total de 62023 messages dans 3440 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 33 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 33 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 583 le Sam 25 Juil 2015 - 13:54

L'« ouverture d'esprit »

 :: La caféte :: culture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'« ouverture d'esprit »

Message par Esculape le Sam 11 Déc 2010 - 5:48

L'« ouverture d'esprit » 1

Réflexions connexes:
L'« ouverture d'esprit » 1 - L'« ouverture d'esprit » 2
L'insoutenable légèreté de certains
L'«ouverture d'esprit»; élargissement du champ de compréhension ou conformisme aux nouveaux comportements mentaux? Pour une véritable ouverture d'esprit...

L'agitation sociale sur fond de remise en cause de l'autorité, en ce début d'année 2006, avait donné matière à de nombreux débats; entre autres à propos de l'enseignement. Au cours de ceux-ci j'avais pu lire et entendre de la part de certaines personnalités politiques qu'un des objectifs de l'enseignement était l'«ouverture d'esprit».
Cette notion «d'ouverture d'esprit» entendue/lue ici comme souvent auparavant, et postulée comme essentielle, m'avais toujours gêné sans que je sache pourquoi.
J'ai donc commencé par me demander ce que cela pouvait vraiment signifier.
Cela pourrait à priori vouloir dire «élargissement du champs de compréhension». Mais le sens d'usage est ambigu; après réflexion il me parait que la signification est entre autres mais essentiellement, « avoir la capacité d'accepter un certain nombre de choses par « humanité »». Sorte de tolérance maximum. Réaction également contre l'ancien monde reposant sur l'autoritarisme, la sévérité qui nous paraissait souvent arbitraire.
Or, l'extrême tolérance des « choses» dites « humaines » va à l'encontre de l'esprit critique et de la capacité de jugement indissociables de la recherche de la compréhension sans idée préconçue. Car les émotions et les sentiments sont alors prépondérants, et on confondrait le fait de « comprendre », qui est indissociable de la recherche de l'objectivité et de l'analyse, avec celui de « compatir sentimentalement ». Il est vrai que l'on peut compatir également en comprenant les situations et les êtres, mais c'est bien souvent dans ce cas par analogie avec son propre vécu et/ou ses fonctionnements psychologiques propres -- donc de manière « projective », égocentrique --. Et l'« ouverture d'esprit » pourrait bien ici revenir à « plus de subjectivité ».
En fin de compte, chercher à faire valoir l' « ouverture d'esprit » pourrait bien revenir à consolider cette tendance amorcée il y a probablement longtemps; le rétrécissement de la capacité d'analyse et de la Raison, la Raison étant la chose spécifiquement (et uniquement) humaine, et qui permet précisément la compréhension des choses et des autres.

Par ailleurs un grand nombre de choses peuvent être considérées comme « humaines »; comme le fait de chercher à nuire à autrui, la haine, chercher à « paraître avoir raison » (au lieu de chercher à savoir si l'on a réellement raison), placer ses propres intérêts ou ceux de son groupe avant ceux de la collectivité et/ou de l'humanité etc. Ces côtés négatifs sont par définition « humains ». Nous pouvons les comprendre (cela ne dépend que de notre capacité de compréhension), nous pouvons compatir, et nous pouvons les posséder. Mais dans tous les cas nous ne devons pas les admettre sous prétexte que «c'est humain» !!.

La réaction contre le vieux monde autoritaire et borné nous amène donc apparemment la diminution de la Raison et le renforcement de la réceptivité aux idées reçues (conformisme à des « clichés » -« manières de voir et de sentir »-). Et de plus toute attitude réactive est dominée par les affects qui sont individuels, induits entre autre par le contexte, et qui peuvent s'émuler collectivement. La réaction n'est donc pas un comportement d'individu libre puisqu'elle est déterminée par ces éléments et qu'elle détermine les comportements et idées.

Au final, on doit s'efforcer de faire que l' « ouverture d'esprit » soit autre chose qu'une ouverture aux nouvelles idées reçues et une diminution de l'esprit critique; une véritable ouverture de la conscience, un élargissement de la raison… Et cela ne peut aboutir de toute manière qu'à un désintéressement personnel et donc à une véritable humanité, mais non « projective », non égocentrique.





Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'« ouverture d'esprit »

Message par Esculape le Sam 11 Déc 2010 - 5:48

Objectivité subjectivité

Réflexions connexes
« Comprendre » subjectivement (?!) - Ouverture d'esprit
À la suite d'un débat sur un forum de philosophie il m'est apparu que des sens totalement différents étaient attribués à ces mots. Pour certains le concept de subjectivité étant la « qualité […] de ce qui appartient seulement au sujet pensant » (TLFI) la pensée et la réflexion seraient donc par définition « subjectives » (??).
Cela m'a semblé totalement faux; et je vérifiais le sens dans le TLFI (dictionnaire en ligne http://atilf.atilf.fr/tlf.htm) :
SUBJECTIVITÉ, […]
A. 1. PHILOSOPHIE
a) [P. oppos. à objectivité] Qualité (inconsciente ou intérieure) de ce qui appartient seulement au sujet pensant.
[…] B. Usuel
1. Qualité de ce qui ne donne pas une représentation fidèle de la chose observée. […]
OBJECTIVITÉ, […]
A. PHILOS. Qualité de ce qui existe en soi, indépendamment du sujet pensant. [1] […]
B. Courant
1. Qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée. […]

Chacun de ces mots possède donc deux sens différents. Mais en y réfléchissant bien, et en considérant ces sens ensemble; si la subjectivité est la qualité […] de ce qui appartient seulement au sujet pensant (sens «philosophique ») ET ce qui ne donne pas une représentation fidèle de la chose observée (sens d'usage), cela traduirait cette idée sous-jacente -- ou intuitive -- que si une pensée (représentation mentale) est spécifique au (ou dépendante du) sujet pensant, alors cette représentation n'est pas conforme à l'objet de cette pensée (ou à la chose représentée).
Par ailleurs le sens d'usage ( qualité de ce qui ne donne pas une représentation fidèle de la chose observée) qui se confond avec les concepts « erroné » et/ou « faux » n’exprime pas la nuance (à mon sens ressentie) avec ces mots…
Il serait donc et à mon sens beaucoup plus juste de définir la subjectivité (au sens d'usage) comme étant la qualité de non-conformité d’une idée (pensée, représentation mentale) à son objet (réel) DU FAIT de l’influence de quelque chose de propre, inconscient ou intérieur , à l'être lui-même.
De manière totalement symétrique l'objectivité qualifierait une idée (pensée, représentation mentale), conforme au réel, PARCE QUE, indépendante de l'être qui la pense (2)

A l'extrême, un propos, discours, (ou encore une idée) subjectif(-ve) ne serait pas révélateur de l'objet mais significatif du fonctionnement psychologique de l'être. On serait donc à la limite dans le cas du discours spontané d'un patient chez son psychothérapeute; les paroles émises dans ce cas n'étant pas à considérer en tant que ce qu'elles expriment directement, mais à décrypter comme étant significatives du fonctionnement psychoaffectif du patient. La part affective de celui-ci, étant (dans ce cas) « malade », elle prend une importance telle qu'elle devient alors prépondérante au point d'affecter (au sens de « toucher » « influencer ») l'ensemble de l'être ; son fonctionnement physiologique autant que sa réflexion...

Enfin la subjectivité est spécifiquement la caractère de l'expression artistique en ce que l'objet de celle-ci est de traduire quelque chose de propre à l'artiste.

A l'inverse, la démarche scientifique et philosophique vise obligatoirement et dans le principe même, l'objectivité, puisque l'objet est la compréhension des choses et des êtres --sous entendu « tels qu'ils sont »--.
Il en va de même pour toute démarche ou institution humaine dont l'objet est la recherche de la connaissance. Ainsi et notamment l'institution judiciaire dont l'objet ne peut être, et ne doit être autre chose que la recherche de l'approche de la vérité. Et toute démarche subjective pouvant s'immiscer dans ces domaines ne peuvent mener qu'à l'erreur et à l'injustice.
Une affaire dont nous avons passé depuis peu le 30ème et triste anniversaire de son dénouement, pourrait bien être l'exemple type pour illustrer les concéquences désastreuses de la subjectivité dans ce domaine: L'affaire Christian Ranucci...


1) Ce sens philosophique du mot « objectivité » se confond avec celui de « vrai » (Ce qui est vrai […] existe indépendamment de l'esprit qui le pense (opposé à imaginaire) dans le Robert) et de « réel » (Qui existe d'une manière autonome, qui n'est pas le produit de la pensée. dans la TLFI) Retour au texte

2) il s'agit ici de termes, de mots, c'est-à-dire des «concepts»; et il ne faut pas les confondre avec les parts de la réalité auxquelles ils correspondent. Beaucoup de concepts, même les plus courants (tel que par exemple «grand» ou «gros» ou encore «exact»), n'ont pas de réalité considérés au sens absolu. Ils doivent obligatoirement être compris comme étant en relatifs. Il en va de même pour les mots «vrai» et, évidemment, « objectif». (V. La Planète Raison / A propos des qualificatifs)

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'« ouverture d'esprit »

Message par Thiziri le Sam 11 Déc 2010 - 6:16

très long articles

Thiziri
Panacée

Féminin Nombre de messages : 3354
Localisation : inconnu
Date d'inscription : 04/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'« ouverture d'esprit »

Message par Esculape le Sam 11 Déc 2010 - 6:19

C'est le minimum pour disserter sur un concept!!
Il faut les lire pour affiner son esprit d'analyse et acquérir un vocabulaaire!!

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'« ouverture d'esprit »

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: La caféte :: culture

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum