Connexion

Récupérer mon mot de passe

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2802 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est J2SD-TOGO

Nos membres ont posté un total de 62049 messages dans 3466 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 583 le Sam 25 Juil 2015 - 13:54

Grossesse : attention au paracétamol

 :: campus :: pharm@ctu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grossesse : attention au paracétamol

Message par khadidja le Sam 26 Fév 2011 - 14:09

Une femme enceinte qui prend presque quotidiennement du paracétamol, double le risque d'apparition chez l'enfant d'une respiration sifflante, un facteur de prédisposition à l'asthme.
Une association entre la consommation fréquente de paracétamol et une respiration sifflante, voire un asthme, a été décrite chez l'adulte et l'enfant. Qu'en est-il de l'impact in utero ?

Une étude a été menée auprès de 9.000 femmes enceintes, qui ont toutes indiqué leur consommation de paracétamol, un des seuls médicaments autorisés durant la grossesse. Chaque année après la naissance, elles ont été interrogées à propos de la survenue éventuelle d'une respiration sifflante chez leur enfant.

Seul 1% des femmes prenaient presque quotidiennement du paracétamol. On constate chez ces sujets que cette consommation durant la 2e moitié de la grossesse (de la 20e à la 32e semaine) est associée à un doublement du risque de respiration sifflante chez l'enfant. La relation est la plus forte chez ceux qui développent les symptômes avant l'âge de 6 mois.

De fortes doses de paracétamol peuvent léser des organes tels que le foie et les reins. Selon des recherches sur l'animal elles peuvent également endommager les tissus tapissant les voies respiratoires. Reste bien sûr à vérifier si cet effet se retrouve in utero, sur le développement des poumons du fœtus, comme le suggère les résultats de cette étude.

En conclusion, si la prise d'un antalgique se révèle vraiment indispensable durant une grossesse, le médecin prescrira du paracétamol (et pas de l'aspirine) à condition de ne pas en prendre quotidiennement. Rappelons qu'une femme enceinte ne doit jamais prendre d'aspirine ! Par ailleurs, toute automédication est rigoureusement déconseillée durant une grossesse. Seul le médecin jugera essentielle ou non la prescription d'un médicament.

Article publié par Isabelle Eustache le 27/11/2002 - 01:00
Mis à jour par Isabelle Eustache le 08/11/2010 - 09:42

Sources : Thorax, 57 : 958-963, 2002.
avatar
khadidja
Panacée

Féminin Nombre de messages : 1583
Localisation : Oran
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: campus :: pharm@ctu

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum