Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2796 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Francois

Nos membres ont posté un total de 62022 messages dans 3436 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 583 le Sam 25 Juil 2015 - 13:54

Les antiepileptiques crs de Mr TOUMI 2010

 :: campus :: cours :: 4eme année :: pharmacologie

Aller en bas

Les antiepileptiques crs de Mr TOUMI 2010 Empty Les antiepileptiques crs de Mr TOUMI 2010

Message par Hayet le Sam 26 Mar 2011 - 10:29

LES ANTIEPILEPTIQUES :
I/ Définitions : Crise d’épilepsie: symptôme d’un dysfonctionnement cérébral lié à une décharge neuronale excessive
 Epilepsie: maladie caractérisée par la récurrence de crises d’épilepsie, dites spontanées
II/Traitement antiépileptique :
 Disparition totale des crises
 Monothérapie +++
 Pas d’effets secondaires
 Vie sociale normale
 Choix du traitement fonction de :
– Mode d’action
– Profil pharmacocinétique (métabolites, interactions, dosages…)
– Formes galéniques
– Efficacité par rapport au type de crise ou d’épilepsie
III/Mode d’action des médicaments antiépileptiques :
 Mécanismes de l’épileptogenèse
– Hyperexcitabilité neuronale intrinsèque
• Anomalies innées ou acquises au niveau de la membrane cellulaire, des canaux ioniques voltage dépendants
– Phénomènes interneuronaux
• Défaut d’inhibition synaptique GABA-ergique
• Augmentation de l’excitation synaptique (glutamate)
 Les antiépileptiques ont plusieurs modes ou sites d’action au niveau neuronal ou interneuronal
– Modification des flux ioniques (canaux Na, Ca voltages dépendants)
– Modulation activité synaptique (quantité de neurotransmetteur disponible, interaction avec le récepteur spécifique)

 Diminuer les phénomènes excitateurs
– Blocage des canaux Na
• Ex : acide valproïque (DEPAKINE)
– Blocage des canaux Ca T
• Ex : ethosuximide (ZARONTIN)
– Diminution de la libération des acides aminés excitateurs
• Ex : lamotrigine (LAMICTAL)
– Modulation des canaux calciques
 Renforcer les phénomènes inhibiteurs
Neurotransmission GABA-ergique :
• Augmenter le contenu cérébral en GABA
– ­ synthèse DEPAKINE
– ¯ dégradation vigabatrin (SABRIL)
• Action au niveau du récepteur post-synaptique GABA-A
– Ouverture du canal chlore (+ affine, + fréquente, et + longue) : BZD, Phénobarbital (GARDENAL)…¯
IV/Stratégie thérapeutique :
1. Abstention de ttt?
2. Débuter par une monothérapie
3. Choix ttt fonction du syndrome épileptique
4. Si inefficacité ou intolérance :
1. Changer de monothérapie
2. Mettre en place une bithérapie
5. Pharmacorésistance
1. Différent de pharmacodépendance +++
• Epilepsie incomplètement contrôlée par un ttt médical adapté et bien conduit
• Persistance de crises invalidantes
• Ou épilepsies contrôlées au prix d’effets indésirables inacceptables
• 20% de l’ensemble des épilepsies et 50% des épilepsies partielles
Antiépileptiques en fonction du type de crise :
 Epilepsie généralisée
– Monothérapie : DEPAKINE, LAMICTAL,
– Si bithérapie : BZD, EPITOMAX
 Epilepsie partielle
– Monothérapie : TEGRETOL, DEPAKINE, LAMICTAL, NEURONTIN,
– Bithérapie : EPITOMAX, SABRIL LYRICA…
 Epilepsie indeterminée
– Monothérapie : DEPAKINE, LAMICTAL
Les anciens « Antiépileptiques majeurs » :
 Acide valproïque DEPAKINE
– Actif sur tous les types de crises
– Bonne tolérance
– Peu d’interactions médicamenteuses
– Formes LP: 1 prise par jour possible!!
– EI : prise de poids parfois importante, perte de cheveux, tremblements, nausées, vomissements, hépatite (rare), tératogène (!!)…
 Carbamazepine TEGRETOL
– Actif sur tous les types de crises sauf absences, typiques
– Bonne tolérance
– Formes LP : 1 à 2 prises par jour possible
– Nombreuses interactions médicamenteuses (dont dextropropoxyphène (DIANTALVIC)
EI: sensation de malaise général, lassitude, difficultés de concentration (début de ttt) et aussi : réactions cutanées, troubles digestifs, somnolences, vertiges, anomalies des lignées sanguines...
 Phénobarbital GARDENAL
– Actif pour toutes les formes d’épilepsie sauf le « petit mal » (absences typiques)
– Efficace +++
– Une prise par jour
– Effets indésirables : somnolence, fatigue, dépression, troubles cognitifs, hépatites (rare)
– Nombreuses interactions médicamenteuses : surveillance+++,
– Risque de recrudescence des crises à l’arrêt du ttt
 Phénitoïne DI-HYDAN
– Actif pour toutes les formes d’épilepsie sauf le « petit mal » (absences typiques)
– Efficace pour les états de mal convulsifs
– Marge thérapeutique étroite : surveillance
– Effets indésirables fréquents : hypertrophie gingivale, hirsutisme, nausées, vomissements, signes comportementaux, signes cutanés
– Interactions médicamenteuses +++ surveillance
– Difficile à manier
LES NOUVEAUX :
 Mis sur le marché en 1994 pour les premiers, jusqu’en 2004 pour le dernier….
 Efficacité au moins comparable aux anciens antiépileptiques
 Dans l’ensemble mieux tolérés
 Élargissement des moyens thérapeutiques
 Beaucoup moins d’interactions médicamenteuses +++
 SABRIL (vigabatrin)
 En association ++
 Ttt des E. partielles résistantes si pas d’autres alternative
 Prise de poids +++, troubles du champs visuel
NEURONTIN (gabapentine)
 En monothérapie de 1ère intention ou substitution
 En association si monothérapie insuffisante
 Ttt des E. partielles
 Fatigue, somnolence, prise de poids, troubles digestifs
 peu d’interactions avec antiépileptiques mais surveillance si IR
 LAMICTAL (lamotrigine)
 En monothérapie de 1ère intention ou substitution
 En association si monothérapie insuffisante
 Ttt des E. réfractaires
 Nausées, vomissements, rash cutané, céphalées, vertiges,
 LYRICA (prégabéline)
 Ttt des E. partielles en addition à d’autres antiépileptiques, lorsque ceux-ci sont insuffisamment efficaces
 Somnolence, vertiges, prise de poids
 GABITRIL (tiagabine)
 EPITOMAX (topiramate)
 TRILEPTAL (oxcarbamazépine)

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES :
 Antiépileptiques et contraception
– pas de modification de l’activité des contraceptifs oraux
DEPAKINE LAMICTAL
NEURONTIN SABRIL
GABITRIL ZARONTIN
– diminution de l’activité des contraceptifs oraux
GARDENAL DI-HYDAN
TEGRETOL EPITOMAX
TRILEPTAL MYSOLINE

 antiépiletiques entre eux (quelques exemples…)
– GARDENAL :
• son taux est augmenté par DEPAKINE,
• il diminue l’efficacité de tous les MAE
– DI-HYDAN :
• action réciproque avec TEGRETOL et GARDENAL (diminution de chacun)
• diminue l’efficacité des autres MAE
– DEPAKINE :
• augmente les taux de GARDENAL, LAMICTAL, TEGRETOL
– TEGRETOL :
• action réciproque avec DI-HYDAN et LAMICTAL
 MAE et autres médicaments :
– GARDENAL diminue l’efficacité des psychotropes, des antivitamines K, contraceptifs oraux
– Di HYDAN diminue l’efficacité des antivitamines K, contraceptifs oraux
– DEPAKINE voit son efficacité diminuée par la méfloquine (antipaludéen)
– TEGRETOL interagit avec le dextroproxyphene, les macrolides (antibiotiques), les antivitamines K, les conntraceptifs oraux, le lithium, la clozapine, certains antidepresseurs (PROZAC DEROXAT), certains antihypertenseurs (diltiazem, vérapamil)
– Parmi les nouveaux antiépileptiques, seuls EPITOMAX (topiramate) et TRILEPTAL (oxcarbamazepine) présentent une interaction majeure avec les contraceptifs oraux.









EFFETS INDESIRABLES :

Fatigue Somnolence Vertiges Céphalées Confusion Dépression
TEGRETOL +++ +++ +++ +++ +++
DEPAKINE +++ +++
DI-HYDAN +++
GARDENAL +++ +++ +++
NEURONTIN +++ +++
LAMICTAL +++ +++
EPITOMAX +++ +++ +++ +++ +
GABITRIL +++ +++ +++
SABRIL +++ +++ +++ +++


Nausées Vomissement Diarrhées Prise de poids
TEGRETOL +++ +++ +++
DEPAKINE +++ +++ +++
DI-HYDAN
GARDENAL
NEURONTIN +++ +++ +++
LAMICTAL +++ +++ +
EPITOMAX Perte de poids !
GABITRIL +
SABRIL +++

Agranulocytose Anémie Thrombocytémie Hépatite Tératogène autres
TEGRETOL + + + Sd Steven johnson
DEPAKINE + Tremblements+++
DI-HYDAN oui Gingivite++,hirsutisme
GARDENAL + + oui ostéomalacie
NEURONTIN
LAMICTAL Sd Steven johnson
EPITOMAX
GABITRIL
SABRIL Troubles du champs visuel+++

SURVEILLANCE DU TRAITEMENT :
 Surtout clinique
– Nombre de crises?
– Effets indésirables??
– Dosages plasmatiques
– Utiles pour adapter la posologie (initiation de TTT, changement de thérapie, interaction médicamenteuse…)
– Utiles pour vérifier les dosages en cas de marge thérapeutique étroite
– Et pour vérifier l’observance du patient (qd persistance des crises malgré ttt bien prescrit)
– Surveillance biologique en fonction des MAE:
– NFS, plaquettes, bilan hépatique….
– EEG
– Environ 1 mois après l’instauration du ttt, puis une fois par an
– Arrêt du ttt:
– Peut être proposé quand pas de crises depuis 2 à 5 ans et au mieux avec EEG normal
– Toujours progressif +++ (plusieurs mois)
– si récidive : reprise ttt antérieur possible, qui reste efficace
 Grossesses et enfants Grossesse
– Si pas de crises depuis plusieurs années
– Modifier TTT?
• Certains MAE sont tératogènes
• Éviter DEPAKINE (spina bifida)
– Monothérapie
– Posologie minimale efficace le 1er trimestre
– Fragmentation des doses, utilisation des formes retard
– Surveillance échographique
 Enfant
– Epilepsies généralisées : MICROPAKINE
– Epilepsies partielles : TRILEPTAL, EPITOMAX, NEURONTIN
– hors AMM...
La crise convulsive :
 Les traitements injectables :
– BENZODIAZEPINES, voir les propriétés dans les diapo suivantes
• VALIUM
• RIVOTRIL
– GARDENAL : utilisé en complément des benzodiazépines pour son action plus prolongée
– PRODOLANTIN (fosphénytoïne sodique, précurseur de la phénitoïne (DI-HYDAN)) utilisé en complément des benzodiazépine pour son action plus prolongée
Cf les diapo précédentes pour les propriétés de GARDENAL et PRODILANTIN (mêmes propriétés que DI-HYDAN).
Crise convulsive et Benzodiazépines :
 VALIUM (diazépam) - RIVOTRIL (clonazépam)
 Indications :
– État de mal épileptique (avec relais d’un antiépileptique d’action prolongée type phénobarbital, phénitoïne car efficacité diminue après plusieurs mois)
– Crise d’épilepsie
– Agitation, prévention des convulsions hyperthermiques pour RIVOTRIL
 Propriétés :
– Benzodiazepines ayant un effet anticonvulsivant, anxiolytique, sédatif, myorelaxant
– Utilisés en 1ère intention dans l’état de mal épileptique et la crise d’épilepsie pour leur action rapide+++
 Effets indésirables
– Fonction de la poso et de la sensibilité individuelle:
Somnolence, troubles de la concentration, sensations ébrieuses…
– Si utilisation prolongée ou forte dose:
Développement d’une tolérance, risque de dépendance psychique et physiques avec Sd de sevrage à l’arrêt du TTT
– Surdosage :
• État ébrieux, somnolence, coma, dépression respiratoire
• Antidote : flumazenil (ANEXATE)
*récautions d’emploi
– Prudence si insuffisance respiratoire, insuffisance hépatique, insuffisance respiratoire…
– Avoir matériel de réanimation respiratoire
– Grossesse :
• éviter, sauf nécessité absolue au 1er trimestre (risque tératogène faible)
• Eviter les fortes doses au 3è trimestre (risque de détresse respiratoire du nouveau-né)
– Allaitement: éviter
*Interactions médicamenteuses : Peu nombreuses
 Modalités d’administration :
– Administration intra-rectale :
• VALIUM : action plus rapide (en 2 à 3 minutes), préférer cette voie pour le ttt de la crise convulsive du nourrisson, de l’enfant
– Administration IV Lente, IM
• VALIUM (délai d ’action : 5 min)
• RIVOTRIL (délai d ’action : 5 min)
• Voie IM douloureuse












Hayet
Analeptique

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 31
Localisation : ORAN
Date d'inscription : 03/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: campus :: cours :: 4eme année :: pharmacologie

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum