Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 2796 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Francois

Nos membres ont posté un total de 62022 messages dans 3436 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 14 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 583 le Sam 25 Juil 2015 - 13:54

La femme, cette perle précieuse

 :: La caféte :: Religion

Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Ven 29 Avr 2011 - 10:50



http://www.islamhouse.com/p/313782


Aujourd’hui plus qu’hier, par ignorance ou par orgueil, face à la vérité, certains s’attaquent à l’Islam et le critiquent. Alors que cette religion représente par excellence le respect des droits de l’homme de tous horizons et classes confondus. On l’accuse d’opprimer certaines catégories de personnes, de leur porter atteinte et de les dénigrer. La femme tout particulièrement est, prétendent-ils, considérée comme inférieure et dont les droits sont bafoués, voire inexistants, et dont le rôle dans la société est quasi inexistant. Entre haines, mensonges, ignorances ou amalgames, quel est réellement le statut de la femme dans l’Islam et en Occident ?
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Ven 29 Avr 2011 - 10:57

On a beau cacher la verité elle nous explose a la figure.
Ataturk avait bien vu que la civilisation islamique etait un echec cuisant.Il a redressé son pays en banissant le religieux et en s'inspirant des lumieres de l'occident.
Il faut etre aveugle ou taré pour continuer a penser que l'Islam est la solution.L'Islam a ses cimetieres .Le climat d'islamophobie n'est pas spontané mais du au comprtement arrogant et megalomane des musulmans.Aucune tolerance,aucune intelligence.Racisme envers les noirs,les juifs,les non arabes,les femmes,les homos..........
Je vis au sein de cette societe debile qui regresse de plus en plus.Une societe qui continue a se mentir.

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Ven 29 Avr 2011 - 11:00

Quelles femmes musulmanes le féminisme islamique représente-t-il ?
par Salima Deramchi, féministe laïque Imprimer



Le hasard a fait que ce jour-là, le mardi 26 octobre 2010, j’eus entre les mains un journal, « La croix », ramassé dans le train. Pour passer le temps, je me mis à le feuilleter. Un gros titre en page 8 attira mon attention : « Le féminisme islamique affûte des arguments ».

C’est ainsi que j’ai appris que des femmes et des hommes se sont retrouvés à Madrid pour réfléchir ensemble et relever le défi de « réinterpréter le Coran et la Charia dans une vision égalitaire ». D’emblée, l’article pose la problématique par la voix de « Houria Bouteldja ». Cette dernière serait exaspérée par la question de « l’incompatibilité entre le féminisme et l’islam » dans l’imaginaire occidental et, par-dessus tout, elle exprimait cette exaspération au nom des musulmanes de France, car figurez-vous qu’elle a déclaré les représenter à ce congrès !

Cette dame, si elle parle des musulmanes de France, sait sûrement ce que signifie musulmanes de France. Pour ma part, moi qui suis musulmane de naissance, je dois vous avouer que de toutes mes rencontres, mes lectures et l’écoute des vécus des unes et des autres, je n’ai jamais pu rencontrer une seule et unique définition de la « femme musulmane ». J’ai croisé autant de définitions et de pratiques que de musulmanes. Quelquefois et autrefois, je prenais plaisir à échanger avec certaines. Mais lesquelles d’entre elles représentez-vous, alors, Mme Bouteldja ? Vous vous présentez comme « fille d’immigrés algériens » et représentant les musulmanes de France », et je remarque bien que vous ne représentez pas des musulmanes, mais les musulmanes de France, c’est-à-dire « toutes ».

Madame, je comprends la blessure de votre mémoire d’anciens colonisés ; sachez que je la partage avec vous d’autant plus que je l’ai vécue dans ma chair et mon âme au fin fond des Aurés. Par ailleurs, je sais aussi que Louise Michèle, Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi et toutes les porteuses de valises inconnues ressentaient ma douleur et me faisaient espérer. C’est vous dire, madame, que la France au singulier que vous rattachez aux musulmanes (que vous dites représenter), ce mot-là est multiple tout comme musulmanes.

Je voudrais bien croire que vous représentez des musulmanes qui partagent vos valeurs, mais lesquelles ? Elles sont introuvables dans l’article. Que vous représentez les musulmanes de France libère mon imaginaire et m’incite à réagir. Oui ! Je vous vois, en fait, je vous imagine en haut d’une scène exposant vos valeurs de lutte pour l’égalité, pour la liberté et surtout pour le libre choix de disposer de sa personne. Oh ! oui, je vous vois et vous me donnez du courage et de l’enthousiasme, et je me dis : « Pourquoi ne pas aller juste m’attabler à une terrasse de café à Alger ou à Téhéran les cheveux au vent. Et la réalité me rattrape et une voix profonde me dit « Tu es folle, tu veux te faire massacrer ! » Madame, êtes-vous élue par toutes ces femmes au nom desquelles vous parlez ? Mais au fait qui représentez-vous au juste ?

À ce congrès, vous étiez plusieurs femmes d’origines diverses vivant et travaillant en Occident. Vous remarquerez aussi que c’est un homme qui parle du combat des féministes marocaines. Vous et moi, et toutes celles qui ont pris la parole dans l’article cité, nous sommes dans des espaces où des femmes d’origines diverses n’ont pu faire résonner leurs voix qu’au prix de nombreuses luttes qui se poursuivent à ce jour. Un soutien de toutes ces femmes réunies à ce congrès pour les femmes de Hassi Messaoud( Algérie), pour les couples pourchassés parce que non mariés dans beaucoup de terres natales ou maternelles, pour ces jeunes jugés pour avoir choisi de ne pas faire le ramadhan, pour les femmes lapidées car suspectées d’adultère et pour toutes celles qui au nom de leur liberté se sont contraintes à l’exil, ce soutien m’aurait touchée.

Madame, ce que l’article rapporte me laisse sur ma faim, car il n’est nulle part question de liberté. Mais qu’est-ce l’égalité sans liberté ? Ce qui m’amène à aborder la question soulevée par Laure Rodrigeuz Quiroga, présidente de l’Union des femmes musulmanes d’Espagne et coorganisatrice de ce congrès, qui disait : « Aux yeux des féministes européennes très eurocentrées et qui se sentent porteuses de valeurs universelles, le féminisme est par essence laïque et donc fondamentalement incompatible avec l’islam. » Oui, il y aurait incompatibilité à partir du moment où les religions tendraient à organiser et à gérer l’espace public. Or, c’est ce que la laïcité veut justement empêcher, les religions relevant du privé.

Ma mère, mes soeurs, moi-même et beaucoup d’autres femmes ayant vécu l’arbitraire de certaines lois découlant du texte « sacré », au nom de toutes celles-là, il me reste une dernière question à vous poser, à vous et à toutes celles qui tentent une ré-interprétation du texte « sacré » (et c’est à votre honneur) : l’égalité hommes/femmes devant l’héritage, la valeur juridique du témoignage d’une femme, le devoir conjugal des femmes et la libre disposition de leur sexualité, en feraient-ils partie ?

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 décembre 2010

© Sisyphe 2002-2011


Salima Deramchi, féministe laïque



Plan-Liens Forum

Quelles femmes musulmanes le féminisme islamique représente-t-il ?
(1/2) 1er mars 2011 , par Nadia Zinai
rép: Marion
D’une féministe islamique à une féministe laïque
(2/2) 21 février 2011 , par Ndeye Andújar
rép: sophie
rép: Internaute
rép: Internaute

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Ven 29 Avr 2011 - 11:02



http://www.islamhouse.com/d/files/fr/ih_books/fr-islamhouse-femmeperle-SourceIslam.pdf
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Ven 29 Avr 2011 - 11:04

Inde : Taslima Nasreen est chassée de ville en ville



NEW DELHI (AFP) - L’écrivain bangladaise Taslima Nasreen, qui vit en exil en Inde, est chassée de ville en ville sous la pression de groupes islamistes qui veulent la faire expulser de ce pays, voire l’assassiner, pour ses blasphèmes supposés envers l’islam.

Vendredi, la police a de nouveau exfiltré la romancière - surnommée depuis 15 ans "la Salman Rushdie du Bangladesh" - cette fois hors du Rajasthan, dans le nord-ouest de l’Inde, où elle s’était réfugiée la veille après avoir été déplacée de Calcutta, la grande ville de l’est, théâtre mercredi d’émeutes islamistes.

"Elle est arrivée sans prévenir. Alors, pour des raisons de sécurité, le gouvernement (du Rajasthan) lui a demandé de partir", a déclaré à la presse le ministre local de l’Intérieur, Gulab Chand Kataria.

Mme Nasreen, injoignable sur son portable, a été escortée vers l’Etat voisin de l’Haryana, frontalier du territoire de New Delhi, sans que l’on sache si elle allait se réfugier dans la capitale fédérale.

Plusieurs hôtels du Rajasthan ont refusé de l’héberger la nuit dernière, a reconnu la police, et elle a finalement dormi dans un "lieu privé" de Jaipur, la capitale de l’Etat. Elle y était arrivée jeudi soir dissimulée sous une burqa.

Mme Nasreen avait été conduite au Rajasthan au lendemain d’une violente manifestation de 5.000 islamistes à Calcutta contre sa présence dans la capitale du Bengale occidental, où elle vit en exil et où l’on parle le bengali, comme au Bangladesh.

Calcutta héberge une importante communauté musulmane et l’Inde compte entre 140 et 150 millions de musulmans, sur 1,1 milliard d’habitants, parmi lesquels certains groupes radicaux exigent l’expulsion de Taslima Nasreen.

Mais "je n’ai nulle part où aller. L’Inde, c’est chez moi et je souhaiterais y rester jusqu’à ma mort", a déclaré vendredi au quotidien The Hindu l’auteur âgée de 45 ans. "Dans ce pays, j’ai l’amour et la sympathie de gens auxquels je suis reconnaissante", a-t-elle plaidé.

En octobre, elle avait lancé un appel désespéré, via l’association française "Alliance des femmes pour la démocratie", pour continuer à vivre en Inde, un pays "laïque et démocratique".

"Les temps sont mauvais. Je ne sais pas ce qui m’attend. Ou bien les extrémistes vont me tuer, ou bien le gouvernement indien va m’expulser", écrivait Mme Nasreen, citée par l’association française.

New Delhi avait refusé en 2005 d’accorder la citoyenneté indienne à Mme Nasreen. Son visa de résident étranger expire en février 2008, selon la presse.

Mme Nasreen, musulmane, vit en exil entre l’Europe, les Etats-Unis et l’Inde depuis qu’elle a été menacée de mort par des islamistes au Bangladesh en 1994.

En mars dernier, un groupe islamiste du nord de l’Inde a offert une récompense pour sa décapitation et, en août, elle a été agressée publiquement par des militants politiques musulmans à Hyderabad, dans le sud du pays.

Depuis, elle est poursuivie en justice en Inde pour offense à l’islam. Aux termes du code pénal indien, elle risque jusqu’à trois ans de prison pour "avoir attisé la discorde, la haine et la malveillance" entre groupes religieux.

L’écrivain a également été condamnée en 2002 à un an de prison au Bangladesh, son pays natal, pour son roman "Lajja" ("honte"), dans lequel elle décrit les persécutions contre la minorité hindoue bangladaise perpétrées par la majorité musulmane lors de terribles émeutes interconfessionnelles en Inde en décembre 1992.

"C’est une citoyenne du Bangladesh. Si elle veut rentrer, cela ne pose aucun problème", a assuré à l’AFP Nazmul Quaunine, diplomate du ministère des Affaires étrangères à Dacca.

Source : AFP, vendredi le 23 novembre 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 novembre 2007

© Sisyphe 2002-2011

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Ven 20 Mai 2011 - 1:51


http://www.islamhouse.com/p/313782
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Ven 20 Mai 2011 - 13:55

Les femmes peuvent être battues par leurs maris sous certaines conditions bien évidemment : « Vous [les hommes] réprimanderez celles [les femmes] dont vous aurez à craindre l'inobéissance; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle... ». (Sourate 4.34)

Le numéro d'urgence « 39 19 » « SOS Femmes battues » doit être régulièrement composé par la femme musulmane.

Notons que la sourate 4 :34 contredit la Sourate 30 verset 21 : « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent ».

Les épouses sont sous l'entière disposition de leurs conjoints : « les femmes sont votre champ. Cultivez-le de la manière que vous l'entendrez, ayant fait auparavant quelqueLorsque nous lisons ces termes « champ » et « cultivez », nous avons l'impression d'une part que la femme est un objet sexuel, et d'autre part que les actes sexuels de toutes formes (« de la manière que vous l'entendrez ») peuvent être pratiqués entre les conjoints.

La sodomie et la fellation sont-elles des pratiques autorisées ? acte de piété ». (Sourate 2 verset 223).


http://verite-coran.skyrock.com/2907279867-LES-FEMMES-DANS-L-ISLAM-SOS-Femmes-battues.html

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Ven 20 Mai 2011 - 14:38

http://www.islamhouse.com/p/166462

L’exhortation du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) au bon comportement envers son épouse

Le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) montra qu’entretenir de bonnes relations avec les femmes était un signe révélant la noblesse d’esprit et la vertueuse attitude de l’homme. Le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec les femmes. »[19] De plus, le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) interdit de frapper la femme : « Ne frappez pas les femmes. »[20] Il ordonna de patienter avec elle et de ne pas avoir de l’aversion contre elle en disant (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « Le croyant ne doit pas détester sa femme, car si un comportement en elle lui déplaît, un autre lui plaira. »[21] C'est comme si le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) ordonnait à l’homme de rechercher uniquement les atouts de la femme et ses bons côtés, sans s’attarder sur les bévues et les écarts de conduite, car cela, mène à la rupture et à l’animosité entre les époux.

Le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) autorisa l’épouse à porter plainte en justice, si son époux se comportait mal envers elle. Des femmes venaient voir les femmes du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) pour se plaindre du mauvais comportement de leurs maris ; le Prophète dit alors : « De nombreuses femmes se sont présentées chez la famille de Muhammad pour se plaindre de leurs maris ; sachez donc qu’ils ne sont en aucun cas les meilleurs d’entre vous. »[22]
Cela signifie que ces hommes qui se sont mal comportés avec leurs femmes et les ont offensées ne sont nullement les meilleurs hommes.
Le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), saisissant la faiblesse physique de la femme par rapport à l’homme et le fait qu’elle ne peut pas se défendre seule dans la plupart des cas, mit en garde contre ceux qui s’en prennent aux faibles, dont fait partie la femme, et les menaça en disant : « Ô seigneur ! Je mettrai dans la gêne ceux qui s’en prennent aux droits des deux faibles : l’orphelin et la femme. »[23]
Cela signifie que ceux qui s’en prennent à ces deux types de personnes ne seront point pardonnés, mais seront exposés à la gêne et au châtiment dans cette vie et dans l’au-delà.
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par avionb747 le Sam 21 Mai 2011 - 4:44

le mielleur des croyon et selui qui se comporte le mielle avec sa femme

avionb747
avionb747
Analeptique

Masculin Nombre de messages : 125
Localisation : Oran-31-
Date d'inscription : 03/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Mar 24 Mai 2011 - 10:44


wahrani veut opposer hadith et verset.Le verset est explicite:il établit l'état d'infériorité et de soumission de la femme.Il permet en outre aux maris de battre leurs femmes.
Maintenant qu'on essaie de noyer le poisson ne changera rien.Le verset prime sur toute autre considération.
Wahrani veut il nous dire que le verset est douteux??



]Inde : Taslima Nasreen est chassée de ville en ville



NEW DELHI (AFP) - L’écrivain bangladaise Taslima Nasreen, qui vit en exil en Inde, est chassée de ville en ville sous la pression de groupes islamistes qui veulent la faire expulser de ce pays, voire l’assassiner, pour ses blasphèmes supposés envers l’islam.

Vendredi, la police a de nouveau exfiltré la romancière - surnommée depuis 15 ans "la Salman Rushdie du Bangladesh" - cette fois hors du Rajasthan, dans le nord-ouest de l’Inde, où elle s’était réfugiée la veille après avoir été déplacée de Calcutta, la grande ville de l’est, théâtre mercredi d’émeutes islamistes.

"Elle est arrivée sans prévenir. Alors, pour des raisons de sécurité, le gouvernement (du Rajasthan) lui a demandé de partir", a déclaré à la presse le ministre local de l’Intérieur, Gulab Chand Kataria.

Mme Nasreen, injoignable sur son portable, a été escortée vers l’Etat voisin de l’Haryana, frontalier du territoire de New Delhi, sans que l’on sache si elle allait se réfugier dans la capitale fédérale.

Plusieurs hôtels du Rajasthan ont refusé de l’héberger la nuit dernière, a reconnu la police, et elle a finalement dormi dans un "lieu privé" de Jaipur, la capitale de l’Etat. Elle y était arrivée jeudi soir dissimulée sous une burqa.

Mme Nasreen avait été conduite au Rajasthan au lendemain d’une violente manifestation de 5.000 islamistes à Calcutta contre sa présence dans la capitale du Bengale occidental, où elle vit en exil et où l’on parle le bengali, comme au Bangladesh.

Calcutta héberge une importante communauté musulmane et l’Inde compte entre 140 et 150 millions de musulmans, sur 1,1 milliard d’habitants, parmi lesquels certains groupes radicaux exigent l’expulsion de Taslima Nasreen.

Mais "je n’ai nulle part où aller. L’Inde, c’est chez moi et je souhaiterais y rester jusqu’à ma mort", a déclaré vendredi au quotidien The Hindu l’auteur âgée de 45 ans. "Dans ce pays, j’ai l’amour et la sympathie de gens auxquels je suis reconnaissante", a-t-elle plaidé.

En octobre, elle avait lancé un appel désespéré, via l’association française "Alliance des femmes pour la démocratie", pour continuer à vivre en Inde, un pays "laïque et démocratique".

"Les temps sont mauvais. Je ne sais pas ce qui m’attend. Ou bien les extrémistes vont me tuer, ou bien le gouvernement indien va m’expulser", écrivait Mme Nasreen, citée par l’association française.

New Delhi avait refusé en 2005 d’accorder la citoyenneté indienne à Mme Nasreen. Son visa de résident étranger expire en février 2008, selon la presse.

Mme Nasreen, musulmane, vit en exil entre l’Europe, les Etats-Unis et l’Inde depuis qu’elle a été menacée de mort par des islamistes au Bangladesh en 1994.

En mars dernier, un groupe islamiste du nord de l’Inde a offert une récompense pour sa décapitation et, en août, elle a été agressée publiquement par des militants politiques musulmans à Hyderabad, dans le sud du pays.

Depuis, elle est poursuivie en justice en Inde pour offense à l’islam. Aux termes du code pénal indien, elle risque jusqu’à trois ans de prison pour "avoir attisé la discorde, la haine et la malveillance" entre groupes religieux.

L’écrivain a également été condamnée en 2002 à un an de prison au Bangladesh, son pays natal, pour son roman "Lajja" ("honte"), dans lequel elle décrit les persécutions contre la minorité hindoue bangladaise perpétrées par la majorité musulmane lors de terribles émeutes interconfessionnelles en Inde en décembre 1992.

"C’est une citoyenne du Bangladesh. Si elle veut rentrer, cela ne pose aucun problème", a assuré à l’AFP Nazmul Quaunine, diplomate du ministère des Affaires étrangères à Dacca.

Source : AFP, vendredi le 23 novembre 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 novembre 2007

© Sisyphe 2002-2011

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Mar 24 Mai 2011 - 11:08



https://www.youtube.com/watch?v=Iu9S3QpVnK0&feature=related
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Mar 24 Mai 2011 - 11:13

wahrani veut opposer hadith et verset.Le verset est explicite:il établit l'état d'infériorité et de soumission de la femme.Il permet en outre aux maris de battre leurs femmes.
Maintenant qu'on essaie de noyer le poisson ne changera rien.Le verset prime sur toute autre considération.
Wahrani veut il nous dire que le verset est douteux??

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Mar 24 Mai 2011 - 11:14

Sourate Al Imran

(118) Ö les croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous- mêmes: ils ne failliront pas à vous bouleverser. ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s'est manifestée dans leur bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons les signes. Si vous pouviez raisonner!

(119) Vous, (Musulmans) vous les aimez, alors qu'ils ne vous aiment pas; et vous avez foi dans le Livre tout entier. Et lorsqu'ils vous rencontrent, ils disent ‹Nous croyons›; et une fois seuls, de rage contre vous, ils se mordent les bouts des doigts. Dis: ‹mourrez de votre rage›; en vérité, Allah connaît fort bien le contenu des coeurs.
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Mar 24 Mai 2011 - 11:16

wahrani veut opposer hadith et verset.Le verset est explicite:il établit l'état d'infériorité et de soumission de la femme.Il permet en outre aux maris de battre leurs femmes.
Maintenant qu'on essaie de noyer le poisson ne changera rien.Le verset prime sur toute autre considération.
Wahrani veut il nous dire que le verset est douteux??

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Mar 24 Mai 2011 - 11:19

Sourate Al Imran

(118) Ö les croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous- mêmes: ils ne failliront pas à vous bouleverser. ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s'est manifestée dans leur bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons les signes. Si vous pouviez raisonner!

(119) Vous, (Musulmans) vous les aimez, alors qu'ils ne vous aiment pas; et vous avez foi dans le Livre tout entier. Et lorsqu'ils vous rencontrent, ils disent ‹Nous croyons›; et une fois seuls, de rage contre vous, ils se mordent les bouts des doigts. Dis: ‹mourrez de votre rage›; en vérité, Allah connaît fort bien le contenu des coeurs.
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Esculape le Mar 24 Mai 2011 - 11:23




L'Islam ne donne pas de liberté à la femme ; les lois coraniques laissant peu de possibilités d'émancipation au sein de la société. Mais si de nombreuses femmes musulmanes ont un rôle certain dans beaucoup de sociétés islamiques - où la religion constitue la barrière la plus redoutable à la libération de l'esprit, à la justesse du discernement et à la liberté d'expression - c'est bien malgré l'Islam qu'elles l'ont obtenu.
Saluons le courage de ces femmes qui résistent, malgré les lourdes sanctions qu'elles encourent, contre cette arme redoutable qu'est l'Islam pour réfréner les envies d'émancipation.

La libre critique des religions est un droit fondamental à ne pas confondre avec racisme et xénophobie. Nous condamnons toute incitation à la guerre des cultures, des ethnies, des religions ; et invitons toutes les populations à l'entente civique, pacifique, laïque...

Introduction - Avant l'Islam

Rendons à César ce qui est à César : « A l'égard des femmes, Mahomet avait manifesté une grande bienveillance en comparaison des coutumes en vigueur chez les Bédouins de son époque : femmes réduites à l'état d'animal domestique, infanticide des fillettes enterrées dans le sable (1) juste après la naissance, etc.» (Encyclopédie Hérodote du savoir)

Est-ce à dire que l'Islam a apporté la liberté à la femme ? Que nenni ! Cette bienveillance est toute relative : la région du Golfe persique, à cette époque, était sans doute l'une des parties du monde aux moeurs parmi les plus cruelles, les plus épouvantables, et en particulier envers les femmes. Cette cruauté est constatée chez toutes les cultures ayant dû survivre dans des climats particulièrement rudes ; et il suffit d'examiner de près ce qu'est devenu le statut des femmes après "la bienveillance" de Mahomet pour se faire une idée de ce que devait être la vie de celles-ci avant Mahomet...

Musulman 682
Le Prophète a dit : "Ne lapidez pas l'adultère qui est enceinte jusqu'à ce qu'elle ait accouché de son enfant." ...
Après la naissance, elle a été poussée dans un fossé, enterrée jusqu'à la hauteur de sa poitrine, et le prophète a commandé qu'ils la lapident. Khalid est venu avec un caillou qu'il a jeté à sa tête, et le sang a jailli, puis il l'a maudite. Le prophète doux a prié sur elle et elle a été enterrée.
(...) "Les cailloux ne doivent pas être trop petits ou la mort ne peut pas s'en suivre. Ni les cailloux ne doivent être trop grands ou la mort peut venir trop rapidement"
Pour les mêmes délits le sort des hommes est le même et, bien que beaucoup d'autres civilisations contemporaines à cette époque ne faisaient guère mieux, le fait est qu'actuellement, aucune religion ne se revendique d'une loi aussi cruelle et répressive envers la gente féminine. Aucun pays, autres que la plupart des pays à majorité islamique, n'ont autant intégré des lois révélées dans leur législation du 20me et 21me siècles. Seule la Turquie et éventuellement la Tunisie pourraient être citées comme exceptions : la loi coranique est en vigueur dans tous les autres pays, ou du moins influencie-t-elle fortement leur législation. Et bien que la plupart d'entre eux, heureusement, n'appliquent plus toutes les peines prévues par la Charia, le fondamentalisme gagne en puissance et le retour vers la barbarie coranique est inéluctable.

(1) Nous avons cherché, mais sans succès, des sources fiables confirmant cette pratique d'infanticides en Arabie. Elle nous paraît plus proche d'un mythe musulman pour glorifier le prophète que d'un fait historique avéré...

La première science islamique est le droit et la jurisprudence. Mais un droit et des obligations décrétées par Allah, donc immuables, hors du temps, par-delà des sensibilités ou de l'évolution des sociétés... La bête de l'Islam se tapit dans les pages du Coran, elle s'appelle Allah. Examinons tout cela en détail.



Femmes et Islam
Ali Hajjouji

Les illustres Foqahas contemporains (Docteurs de L’islam) ou "créateurs d'ignorance", influencés par la culture occidentale, essayent, coûte que coûte, de nous persuader que l’Islam respecte l’égalité des sexes. Or une étude minutieuse de quelques versets du Coran et quelques Hadith (propos de Mohammed), ou encore quelques éléments de la biographie du prophète, nous montrent qu’en Islam la femme est un être humain de deuxième catégorie.

Islam et égalité des sexes - A propos du voile

Examinons d'abord quelques propos du prophète (Hadiths).

Hadith 4921 dans le Sahîh de Muslim
« Le Prophète a dit: "Par rapport aux élus du Paradis, les femmes sont en minorité".»

Hadith 4923 dans le Sahîh de Muslim
« Le Prophète a dit: "Je n’ai laissé après moi une cause de tentation plus funeste aux hommes que les femmes"»

Donc selon Mohammed la femme est une cause désastreuse de l’attrait (principalement sexuel) de l’homme vers le défendu. C’est pourquoi la femme doit être voilée. Et selon le Hadith suivant la femme dans l’Islam a à peine le droit de sortir dans le désert pour faire ses besoins naturels.

Hadith 4034 dans le Sahîh de Muslim
« Sawda sortit, après la prescription du voile, pour satisfaire un besoin naturel. Or, elle était une femme corpulente, d'une taille dépassant celle de toutes les autres femmes, et donc personne ne pouvait la voir sans en découvrir l'identité. Omar ibn Al-Khattâb l'ayant vue, s'écria : "O Sawda, par Dieu, on te reconnaît (malgré le voile). Fais donc attention quand tu sors !". Elle revint donc sur ses pas, retrouvant l'Envoyé d'Allah qui était chez moi, en train de dîner, un morceau de gigot entre les mains. Elle entra et dit: "O Envoyé d'Allah! Je suis sortie et Omar m'a dit telle et telle chose". Elle (Aïcha) ajouta: "Aussitôt, il reçut la révélation (de la sourate Al -'Ahzâb, verset 59), puis revint à son calme – pendant tout ce temps le morceau de gigot était encore dans ses mains - et dit: Allah vous a autorisé à sortir pour satisfaire votre besoin naturel". »

Le verset 59 de sourate Al-Ahzab (citée dans ce Hadith) confirme des versets " révélés " précédemment et décrétant le voile.

Il faut ici rappeler que le problème du voile (Hédjab) et les versets que l'on trouve à ce propos ont trait aux propos d'Omar et concernent directement les épouses du Prophète. En effet, Mohammed avait plusieurs femmes, et Omar, qui était le père d'une des épouses du prophète de l'Islam, lui proposa que ses femmes se voilent ; ce fait s'est ensuite généralisé pour toutes les Musulmanes... Avant cela, le Prophète lui-même asseyait Aïcha sur ses épaules, avec ses beaux cheveux longs. Et plus tard, lorsque le problème des rapports d'Aïcha avec un arabe se posa, ce phénomène du voilement s'affirma plus sérieusement. (Aïcha fut accusée d’adultère à l'âge de treize ans). Le scandale ne se calma qu’avec des "révélations" coraniques innocentant l’épouse de l'homme "saint".
Le voile de l'Islam ne concerne que les femmes libres ; les esclaves ne sont pas autorisées à se voiler.

Islam et égalité des sexes - Un homme = deux femmes

Un autre exemple de la pseudo égalité des sexes concerne l’héritage :

Sourate des Femmes - Verset 11
«Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles »

Un autre Hadith nous dit que les femmes sont moins intelligentes que les hommes ; ce qui justifie que lorsque les femmes sont appelées à témoigner devant un juge dans une affaire donnée, le témoignage d’un homme équivaut celui de deux femmes. Si par exemple dans une affaire vous avez besoin de deux témoins, vous pouvez demander soit le service de deux hommes, soit un homme et deux femmes. Voici le Hadith :

Hadith 114 dans le Sahîh de Muslim
« L'Envoyé d'Allah a dit: "O femmes! Faites l'aumône et sollicitez plus fréquemment le pardon d'Allah, car je vous ai vu former la majorité des réprouvés de l'Enfer". Une femme - parmi celles ayant l'esprit judicieux - s'exclama: "Et pourquoi cela, ô Envoyé d'Allah?". - "C'est, répondit-il, que vous multipliez vos malédictions et vous êtes ingrates envers vos époux. Je n'ai vu parmi les êtres faibles en intelligence et en religion personne qui, mieux que l'une de vous, fasse perdre l'esprit à un homme sensé". - "En quoi, reprit-elle, ô Envoyé d'Allah, consiste le défaut de notre intelligence et de notre religion?". - "Le témoignage de deux femmes équivaut à celui d'un homme... Voilà pour le défaut de l'intelligence, répliqua le Prophète, et quand elles ont leurs menstrues, les femmes ne cessent-elles pas de prier et de jeûner des nuits durant?... Eh bien! Voilà pour celui de la religion. »

Les rapports de Mohammed avec ses épouses - Aïcha, 9 ans

Examinons le Hadith suivant, mais est-il besoin de rappeler qu’il s'agit d'un homme de cinquante-trois ans (53 ans) qui épouse une " femme " de neuf ans (9 ans). :

Hadith 114 dans le Sahîh de Muslim
« Aïcha a dit : "J'avais six ans lorsque le Prophète m'épousa, neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi". Puis elle relatait: "Nous nous rendîmes à Médine. J'avais eu la fièvre pendant un mois, et avais perdu mes cheveux; mais ils repoussèrent abondamment et m'arrivèrent jusqu'aux épaules. Ma mère, 'Umm Rûmân, vint me trouver tandis que j'étais sur une balançoire, entourée de mes compagnes. Elle m'appela et je me rendis à son appel sans savoir ce qu'elle voulait de moi. Elle me prit par la main, me fit rester sur la porte de la maison, jusqu'à ce que ma respiration haletante se fût calmée. Elle me fit ensuite entrer dans la maison où se trouvaient des femmes des 'Ansâr qui me dirent: "A toi le bonheur, la bénédiction et la meilleure fortune!" Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent le visage et la tête; et se mirent à me parer. J'avais à peine fini, que l'Envoyé d'Allah entra, lorsqu'il était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains. »

Comme l'écrit Tabari : "Malgré le fait qu'Aïcha fut la fiancée de quelqu'un d'autre, et que son père Abou Bakr s'opposait à son alliance avec le Prophète, celui-ci convainquit tout le monde et fit son alliance avec Aïcha. Elle fut donc fiancée à 7 ans et mariée à 9 ans."

Le prophète de l'Islam aimait beaucoup les arts et la nature. Il disait lui-même qu'il avait choisi en ce monde trois choses : Femme, Parfum, Prière.
Le prophète de l'Islam n'avait jamais caché son amour pour les femmes et en prit autant qu'il pouvait pour épouses après le décès de Khadija. Comme il l'avait dit lui-même, la femme était l'un de ses trois amants mondains.

Les deux versets suivants de sourate al Ahzab (Coran) lui donne le droit de prendre des femmes, comme il lui plaît :

Sourate al Ahzab, Verset 50
« Ô Prophète! Nous t'avons rendue licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr (dot), ce que tu as possédé légalement parmi les captives [ou esclaves] qu'Allah t'a destinées, les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, - celles qui avaient émigré en ta compagnie, - ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au Prophète, pourvu que le Prophète consente à se marier avec elle: c'est là un privilège pour toi, à l'exclusion des autres croyants. Nous savons certes, ce que nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu'ils possèdent, afin qu'il n'eût donc point de blâme contre toi. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Sourate al Ahzab, Verset 51
« Tu fais attendre qui tu veux d'entre elles, et tu héberges chez toi qui tu veux. Puis il ne t'est fait aucun grief si tu invites chez toi l'une de celles que tu avais écartées. Voilà ce qui est le plus propre à les réjouir, à leur éviter tout chagrin et à leur faire accepter de bon cœur ce que tu leur as donné à toutes. Allah sait, cependant, ce qui est en vos cœurs. Et Allah est Omniscient et Indulgent.. »

Et oui ! Qui pourrait arrêter ce mastodonte sexuel que fut Mohammed ? Rien ni personne. Il fit même pression sur son fils adoptif, Zayd, pour que ce dernier divorce de sa femme Zainab qui par la suite fut mariée au prophète :
En effet, un jour que le prophète de l'Islam se rendit chez son fils adoptif Zayd, ce dernier n'était pas à la maison. Zainab, la femme de Zayd était présente, et le prophète de l'Islam, voyant Zainab (sans voile à la maison), s'en réjouit et dit :
"Que Dieu félicite cette meilleure créature".
Lorsque Zainab raconta cela à son mari, celui-ci comprit que sa femme avait plu au Prophète, alors il l'envoya chez son père. Or en principe on n’a pas le droit de se marier à la femme de son fils, même après son divorce. Pour atteindre son objectif, le prophète inventa des " révélations " qui abrogent l’adoption. Et ainsi, Zayd n’étant pas son fils biologique, il eut le droit d’épouser sa femme après le divorce. Voici ce que dit le Coran de cette Histoire :

Sourate al Ahzab, Verset 4
« Il (Allah) n'a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vérité et c'est Lui qui met [l'homme] dans la bonne direction. »

Sourate al Ahzab, Verset 5
« Appelez-les du nom de leurs pères: c' est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés. Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux. »

Sourate al Ahzab, Verset 37
« Quand tu disais à celui qu'Allah avait comblé de bienfaits, tout comme toi-même l'avais comblé: ‹Garde pour toi ton épouse et crains Allah›, et tu cachais en ton âme ce qu'Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c'est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu'il n'y ait aucun empêchement pour les croyants d'épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d'Allah doit être exécuté. »

On a surligné en rouge un passage très intéressant de ce verset: " et tu cachais en ton âme ce qu'Allah allait rendre public ". Mohammed cachait le désir d’épouser une femme mariée. Le célèbre exégète Ibn Katir explique à propos de ce verset que Aïcha dit : " Si l’envoyé d’Allah devait cacher quelque chose de ce qui lui est révélé, il aurai caché ceci ". Et bien sûr, le scénario est fait intelligemment ! Mohammed s’auto-critique par le Coran pour prouver qu’il émane de Dieu.

Pour légitimer le mariage avec Zaynab, Muhammad abrogea l’adoption :

Sourate al Ahzab, Verset 40
« Muhammad n'a jamais été le père de l'un de vos hommes, mais le messager d'Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient. »

Lorsqu'il commença à exagérer dans ces épousailles avec toutes ces femmes, il fut blâmé par le Coran sur tous ses prochains mariages, et le mariage lui fut défendu. (sourate al Ahzab)

Sourate al Ahzab, Verset 52
« Il ne t'est plus permis désormais de prendre [d'autres] femmes. ni de changer d'épouses, même si leur beauté te plaît; - à l'exception des esclaves que tu possèdes. Et Allah observe toute chose. »

Nous savons que le prophète de l'Islam avait entre quinze et vingt épouses officielles et des dizaines de servantes dont la majorité étaient des prisonnières de guerre. Le Prophète avait accepté le rite militaire des Arabes primitifs, à savoir s’emparer des femmes des vaincus lors des guerres et les prendre comme esclaves. Si l’Islam limite le nombre des femmes légales à quatre, cela concerne uniquement les femmes libres. Le nombre d’esclaves qu’on peut prendre comme concubine est illimité. Voici ce que dit le Coran :

Sourate des femmes, Verset 3
« Et si vous craignez de n'être pas justes envers les orphelins, Il est permis d'épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n'être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d'injustice. »

Lorsqu’ils discutent le sujet de la polygamie, nos Foqaha contemporains nous disent que si on désire épouser quatre femmes il faut être juste et équitable avec elles, comme par exemple coucher chaque nuit avec l'une d’elles, et à tour de rôle. Voyons maintenant si Mohammed lui-même fut équitable avec ses femmes. La sourate Atthrim nous raconte une autre histoire de Mohammed avec ses femmes.

Selon le célèbre exégète du Coran Ibn Katir : Mohammed était dans la chambre de son épouse Hafsa, fille d'Omar, quand Hafsa sortit rendre visite à ses parents. Mohammed amena peu après Marya dans la chambre de Hafsa et coucha avec elle. Lorsque Hafsa rentra chez elle et apprit la nouvelle, elle se disputa avec le Prophète en lui reprochant d'avoir couché, dans sa chambre, et durant sa nuit, avec une servante, noire, et qui sent mauvais... Le Prophète s'excusa et supplia Hafsa de n'en point parler aux autres épouses. En revanche, il s'interdit Marya et l'offrit à Abou Bakr.
Pour faire plaisir à Hafsa, le prophète d'Islam jurade ne plus toucher Marya. Pourtant, Hafsa raconta la nouvelle à toutes les épouses du prophète qui se révoltèrent contre lui et le blâmèrent. Voici les cinq premiers versets de sourate Attahrim qui racontent cette histoire :

Sourate Attahrim, Versets 1 à 5
« Ô Prophète! Pourquoi, en recherchant l'agrément de tes femmes, t'interdis-tu ce qu'Allah t'a rendu licite? Et Allah est Pardonneur, Très Miséricordieux.

Allah vous a prescrit certes, de vous libérer de vos serments. Allah est votre Maître; et c'est Lui l'Omniscient, le Sage.

Lorsque le Prophète confia un secret à l'une de ses épouses et qu'elle l'eut divulgué et qu'Allah l'en eut informé, celui-ci en fit connaître une partie et passa sur une partie. Puis, quand il l'en eut informée elle dit: ‹Qui t'en a donné nouvelle?› Il dit: ‹C'est l'Omniscient, le Parfaitement Connaisseur qui m'en a avisé›.

Si vous vous repentez à Allah c'est que vos cœurs ont fléchi. Mais si vous vous soutenez l'une l'autre contre le Prophète, alors ses alliés seront Allah, Gabriel et les vertueux d'entre les croyants, et les Anges sont par surcroît [son] soutien.

S'Il vous répudie, il se peut que Seigneur lui donne en échange des épouses meilleures que vous, musulmanes, croyantes, obéissantes, repentantes, adoratrices, jeûneuses, déjà mariées ou vierges. »

Le Coran a ainsi blâmé les épouses du prophète pour s’être révoltées contre lui, et les a menacées de répudiation. N'est-ce pas pratique courante encore de nos jours, dans la culture arabo-musulmane, de menacer sa femme de divorce lorsque l'homme a un désaccord avec celle-ci ?!!!.

La Pédophilie dans le Coran

Selon la législation du Coran (la chari’a) la femme divorcée n’a le droit de se remarier qu'après l’achèvement d’une période d’attente.

Sourate attalaq (le divorce), Verset 1
« Ô Prophète! Quand vous répudier les femmes, répudiez-les conformément à leur période d'attente prescrite; et comptez la période; et craignez Allah votre Seigneur. »

Jusqu’ici, pas de problème... Mais examinons maintenant ce que dit le verset 4 de la même sourate :

Sourate attalaq (le divorce), Verset 4
« Si vous avez des doutes à propos (de la période d'attente) de vos femmes qui n'espèrent plus avoir de règles, leur délai est de trois mois. De même pour celles qui n'ont pas encore de règles. Et quant à celles qui sont enceintes, leur période d'attente se terminera à leur accouchement. Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses. »

Arrêtons-nous sur ce passage : "De même pour celles qui n'ont pas encore de règles ":
Cela signifie clairement qu’il est envisageable, en Islam, qu’une femme se marie et se divorce avant même d’avoir ces règles !!
Si ce n’est de la pédophilie, c’est donc le respect du droit de l'enfance par excellence !!

Selon le Coran, l'Homme a le droit de frapper sa femme !!

Les versets suivants sont tous extraits de la Sourate Les femmes :

Sourate Les femmes, Verset 34
« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »

Si la femme est désobéissante, parmi les solutions proposées pour régler se problème, on peut frapper sa femme.

Sourate Les Femmes, Verset 35
« Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l'entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur »

Mais voyons ce que propose le Coran si c’est l’Homme qui est fautif :

Sourate des Femmes, Verset 128
« Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence, alors ce n'est pas un péché pour les deux s'ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure, puisque les âmes sont portées à la ladrerie. Mais si vous agissez en bien et vous êtes pieux... Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites »

Si c’est l’homme qui est fautif, une seule solution est proposée : la réconciliation. Vive l’égalité !!!

*****

Esculape
Panacée

Masculin Nombre de messages : 5488
Localisation : oran
Date d'inscription : 14/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par wahrani le Mar 24 Mai 2011 - 11:33

Sourate Al Imran

(118) Ö les croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous- mêmes: ils ne failliront pas à vous bouleverser. ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s'est manifestée dans leur bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons les signes. Si vous pouviez raisonner!

(119) Vous, (Musulmans) vous les aimez, alors qu'ils ne vous aiment pas; et vous avez foi dans le Livre tout entier. Et lorsqu'ils vous rencontrent, ils disent ‹Nous croyons›; et une fois seuls, de rage contre vous, ils se mordent les bouts des doigts. Dis: ‹mourrez de votre rage›; en vérité, Allah connaît fort bien le contenu des coeurs.
wahrani
wahrani
Tonique

Masculin Nombre de messages : 360
Localisation : Oran
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

La femme, cette perle précieuse Empty Re: La femme, cette perle précieuse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: La caféte :: Religion

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum